Portraits and accessories

À l'heure du tout numérique et des réseaux sociaux, à l'heure où le portrait de commande en peinture n'est plus, la question de la pertinence du genre s'impose.
L'artiste propose alors à ses modèles comme à lui même, d’offrir son meilleur profil en même temps que de jouer le jeu de l'auto-dérision; véritable prise de recul sur un art tombé en désuétude.
Ainsi accessoirisés, les protagonistes s’affranchissent des codes sociaux auxquels ils se prêtent naturellement au quotidien. Un chapeau devient un pot de chambre, une passoire ou un poulpe, une fraise ou collerette devient un emballage en polystirène, une pellicule de cinéma ou encore un os de bassin de cheval...